La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)

ISSAN EN THAILANDE

www.issan-en-thailande.com
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile
Horloge
Derniers sujets
» Thaïlande : Pur Isan ! La page facebook de รักษ์อีสาน รักบ้านเกิด* (4)
Ven 7 Aoû - 1:10 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (13). มรสุม
Ven 31 Juil - 1:50 par jeffdepangkhan

» Prik part en vacances ?* Autour de "Un os dans le riz", épisode 2 !
Ven 24 Juil - 5:07 par jeffdepangkhan

» Thaïlande - Isan : À Ban Pangkhan, le jour où...
Sam 18 Juil - 8:52 par jeffdepangkhan

» Thaïlande - Isan : Quand Ban Pangkhan se met sur son 31 !
Mer 15 Juil - 12:56 par jeffdepangkhan

» Thaïlande, Isan : autour de Ban Pheang sur les rives du Mékong.
Mer 8 Juil - 7:22 par jeffdepangkhan

» Prik, lui, se déplace en motoculteur ! Autour de "Un os dans le riz".
Mer 1 Juil - 23:28 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (12). Moitié de mousson ?
Mer 1 Juil - 2:45 par jeffdepangkhan

» Concours de chants d'oiseaux.
Mar 23 Juin - 17:59 par emmy

» La gazette de Ban Pangkhan (30). Du 14/04 au 10/06/2015.
Mer 10 Juin - 6:01 par jeffdepangkhan

» Thaïlande – Le Fawn Thaï
Dim 7 Juin - 11:25 par emmy

» Khon et Lakhon de Thailande /Danses Traditionnelle Thaïlandaise
Dim 7 Juin - 11:21 par emmy

» Phuket-sur-Seine, le quartier français thaïlandais en plein essor
Dim 7 Juin - 9:30 par emmy

» Thaïlande. La mode controversée des tatouages sacrés
Dim 7 Juin - 9:24 par emmy

»  La Fête anime une dernière fois Bangkok du 3 au 20 juin
Dim 7 Juin - 8:14 par emmy

» SECRETS DU GRAND MEKONG
Dim 7 Juin - 8:09 par emmy

»  Une nouvelle espèce découverte chaque semaine dans le Grand Mékong
Dim 7 Juin - 8:03 par emmy

» la street food
Dim 7 Juin - 7:36 par emmy

» Les tatouages sacrés thaïlandais ont la cote chez les étrangers
Dim 7 Juin - 6:09 par emmy

» Maison en teck
Dim 7 Juin - 6:06 par emmy

» La gazette du web en vrac (11). Et la mousson ?
Dim 31 Mai - 1:56 par jeffdepangkhan

» Thaïlande : Pur Isan ! La page facebook de รักษ์อีสาน รักบ้านเกิด* (3)
Sam 23 Mai - 12:03 par jeffdepangkhan

» "Un os dans le riz" : La parution !
Ven 15 Mai - 13:03 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (10). *37.2°C, ça chauffe !
Mer 13 Mai - 1:51 par jeffdepangkhan

» Hors des Sentiers Battus avec le Grand Gang des Verts de Thaïlande!
Sam 25 Avr - 15:03 par emmy

BATH VS EUROS
Notre Forum est Eco ^^
bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!
Mes Liens

      

liens partenaires


 

  
 

  
  



vivre

referencement gratuit

Flashmonde.fr

Zikyo.com - Annuaire djeuns ado


Annuaire Virtuel

Référencement gratuit

Vikaero.com - Annuaire généraliste


Site Thailande
Compteur de Visites
Mots-clés
maison thailandaise traditionnelle
Votre IP
prix metre carré


Partagez | 
 

 La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Mar 27 Nov - 16:37

Voici le point de vue d’une observatrice qui a eu et a encore un contact étroit et prolongé avec les femmes thaïlandaises : si elle ne revendique en aucun cas le savoir absolu sur la sociologie siamoise, cet article peut avoir valeur de cas d’étude fiable.
par Isabelle Michelet sur femme expat : http://www.femmexpat.com

Prenez une femme française et produisez son négatif : vous aurez une assez bonne approximation de la femme thaïlandaise.

Et je ne parle pas seulement du facteur physique - cheveux noirs pour cheveux blonds (vrais ou faux), yeux noirs pour yeux clairs, peau dorée pour peau blanche, le tout sur un corps relativement petit et mince dans les deux cas. Bien au-delà, l’une s’escrime pour la reconnaissance au travail dont l’autre bénéficie depuis toujours, tandis que cette autre ne fait qu’entrevoir le droit à la liberté de vie privée dont la première jouit depuis des décennies. L’une voit la clef de son équilibre à travers l’acceptation de l’homme de partager les taches équitablement, l’autre la découvre à travers la fuite de l’homme loin de toute responsabilité de couple. Et tout cela sur fond commun de société machiste matriarcale, en évolution relativement rapide vers on ne sait pas très bien quoi, mais avec pour effet premier la multiplication de personnes seules, sans ou avec enfants.

La Femme Thaïlandaise au Travail
Les sociologues et historiens diront mieux que moi comment la riziculture a influencé le rôle de la femme dans les sociétés qui sont basées sur elle, par opposition à celles centrées sur les activités plus masculines d’élevage et de culture du blé ou du maïs. A cela doit s’ajouter le facteur plus ou moins inhibiteur des religions, dont certaines (Islam, Christianisme, Judaïsme) se sont plues à assigner un rôle spécifique aux femmes (généralement lié au foyer), alors que d’autres ont salutairement évité de se prononcer trop clairement à ce sujet. Le fait est qu’en Thaïlande comme dans quasiment tous les pays rizicoles et bouddhistes d’Asie, la femme a toujours eu sa place au travail. En 2005, et sans qu’une quelconque révolution ait eu lieu, 52% de la population active est féminine. Mieux, 48% des cadres et dirigeants d’entreprises sont des femmes - sans compter les nombreux cas d’entreprises où la personne "au front" est un homme, mais celle qui prend les vraies décisions est la vieille "tatie" dans l’ombre des salles de réunion. C’est d’ailleurs devenu un jeu parmi les vieux expatriés d’Asie de savoir identifier et gagner accès aux "taties" qui dirigent - les entreprises, les ministères, le pays même. Car dans la politique encore plus que dans les affaires, les patronnes ne se montrent pas souvent. Le vrai pouvoir fait profil bas dans un pays où les grandes décisions se prennent rarement au bureau.

A l’autre extrémité de l’échelle sociale, les femmes portent peut-être encore plus le flambeau du travail. Si la ferme ne produit pas assez, il est commun que ce soit l’homme qui reste et la femme qui parte à Bangkok pour trouver de quoi faire vivre la famille. Femmes de ménage, prostituées, vendeuses, hôtesses de bar, masseuses, mototaxi, cuisinières, elles sont légions à soutenir une famille entière (hommes y compris) avec ce qu’elles gagnent. Dans les familles pauvres de l’Issarn (province du Nord-Est du pays), l’une des filles est souvent désignée pour le sacrifice : elle n’ira pas à l’école et ne jouira pas de son adolescence. A 12-14 ans, elle sera "placée" comme bonne ou autre dans une famille à Bangkok et devra consacrer sa vie à fournir à sa famille les quelques milliers de Baht dont ils ont besoin pour survivre. Si elle fait quelques enfants en passant, ceux-ci seront éduqués par la grand-mère au village.

Consultante en gestion des ressources humaines, je fus choquée d’entendre ce que me demandait un client peu de temps après mon arrivée en Thaïlande : « Débarrassez-moi de tous mes employés hommes. Je ne veux que des femmes ! » J’ai cru un moment qu’il plaisantait, d’autant que cet homme était PDG d’une aciérie - mais non. Au fil des années, j’ai compris que cet état d’esprit était partagé par bien des dirigeants en Thaïlande. Au travail, les femmes sont réputées plus sérieuses, plus travailleuses, plus raisonnables, plus fiables, plus stables que leurs collègues masculins. Méfions-nous bien sûr des généralités abusives - mais il est un signe révélateur de cette tendance, qui parlera très clairement aux européennes : les femmes thaïlandaises ne sont jamais sous-payées par rapport à leurs collègues masculins. Il arrive même que si favoritisme il y ait, il soit plutôt en faveur de la femme.

Il serait très étonnant que cette tendance s’infléchisse dans l’avenir envisageable. Les filles représentent largement plus que la moitié des effectifs d’écoles secondaires et universités, et ne sont même pas minoritaires dans les domaines techniques. Une impressionnante proportion de celles qui ont dû commencer à travailler sans diplôme (et quelquefois sans même avoir achevé leur école primaire) mettent les bouchées doubles à travers cours du soir et du week-end, et travaillent 16 heures par jour sept jours sur sept jusqu’a ce qu’elles aient leur « Bachelor » (licence). Je ne pense pas me tromper en assurant que la naissance et le développement de la classe moyenne thaïlandaise sur les 20 dernières années a été - et reste encore - en bonne partie le fruit du labeur des femmes.

Je ne peux donner un meilleur exemple que celui de la jeune fille que je recrutai il y a 12 ans, et dont les seuls bagages étaient ses 20 ans, trois ans d’école - et un enfant de quelques mois. Lorsqu’elle commença son travail de femme de ménage, elle ignorait ce qu’était un fax ou une photocopieuse. Je l’envoyai à l’école pour apprendre des rudiments d’anglais et d’informatique. Elle prit confiance en sa capacité d’apprendre, prit des cours du soir supplémentaires de sa propre initiative - et passa son BAC en trois ans. Elle devint employée de bureau, puis assistante comptable. Aujourd’hui, elle s’occupe de toute l’administration de mon bureau et commence un cycle d’études supérieures en gestion. Son fils entre dans l’une des meilleures écoles secondaires de Bangkok. Elle est propriétaire d’un appartement à Bangkok et d’une maison dans sa province, et son nom apparaît sur les murs du temple de son village en bonne place parmi les bienfaiteurs de l’endroit... Et au fait, elle vit seule avec son fils.

La Femme Thaïlandaise dans la Vie Privée
Toute médaille ayant son revers, l’indépendance et le respect dont jouit la femme thaïlandaise dans sa vie professionnelle sont contrebalancés par une vie privée en « liberté surveillée ». Le matriarcat n’excluant en aucune façon le machisme, une femme thaïlandaise bien élevée se doit d’être « respectable ». Un terme, un concept redoutable, qui me prit si fort à la gorge à mon arrivée en Thaïlande que j’entrepris d’écrire à l’époque un petit livret intitulé « Comment être une femme respectable en dix leçons » ! L’occasion de déverser ma bile à grand renfort de sarcasme et d’ironie, cet exercice eut au moins l’effet de me faire comprendre que ce n’était pas la Thaïlande qui allait s’adapter à moi, d’autant que mes amis thaïlandais prirent plaisir à me démontrer qu’ils ne faisaient que dire tout haut ce que tout homme au monde pense tout bas. Bref, j’appris peu a peu ce que la femme thaïlandaise sait à la naissance : le tout est de respecter les apparences.

Ainsi, en quelques lignes assassines, résumons ce qu’est une « femme respectable » : elle porte des habits non provocateurs (pas de minijupes, pas de chemises sans manches...), elle ne sort que lorsque nécessaire, toujours accompagnée, et dans des endroits comme il faut, elle est modeste et évite de se mettre en avant, elle ne fait jamais monter un homme dans ses appartements privés sans chaperon... ah, et elle est vierge au mariage bien sûr.

Une image qui semble ridicule au regard de ce que l’on sait (ou croit savoir) de la Thaïlande. Et pourtant. En général, les filles sont extrêmement protégées, « cocoonées » jusqu’à très tard. Elles ne sortent jamais seules même en pleine journée, se font accompagner à l’école ou au bureau et rechercher le soir. A 20 ans, beaucoup n’ont jamais pris le bus ou une mototaxi et paniquent si on leur demande d’aller faire une course seule. La solitude leur est inconnue, au point qu’elles dorment souvent dans le même lit que leur soeur/mère/cousine, et appellent une copine pour se faire accompagner aux toilettes. Elles ont appris à tenir une maison, à s’occuper des plus jeunes, à gérer un budget, à se préparer pour une carrière, à prendre des responsabilités même lourdes (en Thaïlande, on existe d’abord en tant qu’aîné ou cadet, avec les responsabilités et devoirs qui en dépendent), mais on ne leur a jamais parlé de leur corps, de sexe, de sentiments - tous sujets profondément tabous dans la famille thaïlandaise. Si elles ont un petit ami, le fait de lui laisser tenir leur main pendant quelques minutes a longtemps été osé, et un baiser, même sur la main ou la joue, faisait encore scandale il y a quelques années. Le rôle du petit ami se limite donc à celui du chevalier servant, empressé, chaste et protecteur - jusqu’au mariage bien sûr. Bien des jeunes étrangers tombés amoureux d’une Thaïlandaise de bonne famille ont payé pour le savoir, ayant dû faire une cour à l’ancienne à leur belle pendant plusieurs années avant de pouvoir recueillir le fruit convoité.

Mais voila. En Thaïlande comme partout ailleurs, de faire carrière exige des études de plus en plus longues, suivies de travail acharné en entreprise pendant plusieurs années avant de pouvoir souffler un peu. Les femmes ne font pas exception, et comme l’impact financier d’une meilleure situation est un facteur déterminant, le mariage (pourtant encore souvent considéré comme une étape fondamentale dans la vie d’une femme) est souvent repoussé. En 2005, la moyenne d’age au mariage pour les femmes est proche de 30 ans. Que font-elles donc dans l’intervalle ?

Beaucoup, coincées entre les impératifs de leur carrière et la mentalité moyenâgeuse de leur environnement, trouvent des solutions... créatives. Un sociologue thaïlandais lança un cri d’alarme il y a quelques années au vu de la proportion d’homosexualité parmi les jeunes femmes (la perte de la virginité est apparemment comprise comme étant liée à un rapport hétérosexuel, et surtout, les rapports entre une fille et ses copines ne sont pas surveillés). Théoriquement, cette pratique de l’homosexualité n’est qu’un pis-aller en attendant "the real thing". Mais, à force, un certain nombre d’entre ces jeunes femmes finissent par se dire que l’attrait masculin ne vaut pas le revirement. L’une de mes jeunes employées, recrutée à 21 ans en 1992, traversa toutes ces phases au cours des années, me confiant ses doutes, ses hésitations, ses frustrations. Plusieurs de ses amantes finirent par se marier. Pas elle. Elle envisagea un moment de se marier avec un homosexuel, solution assez communément adoptée aujourd’hui pour satisfaire aux apparences sociales tout en préservant sa liberté, mais elle préféra faire face à sa famille. Elle est aujourd’hui officiellement homosexuelle - et directrice d’entreprise.

Celles qui se marient transfèrent traditionnellement à l’époux le devoir de les protéger, de les cocooner - de les surveiller. Une femme qui se détache de ce cocon avant un âge très mur n’est pas respectable. Elle est souvent soumise à d’énormes pressions de sa famille, de ses propres amis, pour revenir au foyer - même si ce foyer est la plupart du temps déserté par le mari volage. Le chantage n’est pas dédaigné pour remettre la femme sur le droit chemin - au moins aussi longtemps que l’exigent les apparences. Ainsi, l’une de mes amies thaïlandaises, mariée depuis 20 ans et trompée, désertée par son mari depuis presque aussi longtemps, dut ronger son frein jusqu’à ce que son fils ait atteint sa majorité et qu’elle-même ait atteint un poste très important dans son entreprise - et l’âge de 48 ans, pour finalement pouvoir reprendre son indépendance et sa vie. Par une ironie fort commune à toutes les sociétés, cet état de fait est souvent maintenu et renforcé par les femmes elles-mêmes, ne serait-ce que par l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants...

Bien sur, ce qui précède s’applique surtout aux milieux aisés. Quid de toutes ces jeunes filles simples employées, qui portent une minijupe parce que c’est l’uniforme de leur entreprise, et quid de toutes ces femmes de milieux sociaux plus bas, dont certaines ont des occupations (prostituées, masseuses, entraîneuses) apparemment peu alignées avec la moralité en vigueur ? A cette question, un Thaï de la haute société me répondit froidement un jour : « On se fiche de ce qu’elles font, de toutes façons elles ne peuvent pas être respectables, elles sont trop basses dans la hiérarchie sociale » ! Comme dans toutes les sociétés quasi féodales, il est certain que les pauvres ont l’avantage d’être affranchies de bien des soucis pesant sur les femmes plus riches, finalement moins libres que leurs propres servantes. Et certaines en profitent. D’autres sont trop ignorantes pour réfléchir à la question. Mais celles qui ont l’ambition de s’élever sur l’échelle sociale s’efforcent de respecter les apparences pour mériter leur nouveau statut. D’où d’ailleurs un paradoxe dont bien des étrangers ont souffert, quelquefois mortellement : les faits divers ne manquent pas d’histoires d’Occidentaux bien pensants ayant « sorti une prostituée du trottoir » en l’installant à demeure chez eux et la transformant en maîtresse officielle. L’une d’elle me racontait, choquée, que l’attitude au lit de son amant n’avait pas changée depuis qu’il ne la payait plus, alors que, devenue « respectable », elle attendait de lui la mesure qui aurait marqué son respect. Résultat : certains de ces amants se retrouvent poignardés par les frères ou cousins venus venger l’insulte faite à leur parente. Bien des apparences sont trompeuses en Thaïlande...

Ce qui est indéniable cependant, c’est que les choses changent, et à tous les niveaux de la société. Les jeunes filles apprennent de l’Internet ce que leurs parents se refusent à leur dire. Elles ont accès à d’autres cultures, perdent le respect absolu que les générations précédentes avaient en les « valeurs thaïlandaises » (en tous cas, certaines d’entres elles) et font preuve d’esprit critique. Les plus éduquées apprennent à manipuler les apparences, découvrent les méthodes contraceptives facilement disponibles sans ordonnance, et s’arrangent pour vivre leur vie sans choquer personne - tout en conservant leur indépendance et leur carrière. Les moins éduquées font des enfants comme s’il en pleuvait, et les envoient dans leur famille en nourrice tout en continuant leur vie comme si de rien n’était. Finalement, elles qui avaient déjà l’indépendance professionnelle, découvrent l’indépendance sociale. Une tendance soutenue et renforcée par les évolutions juridiques, qui donnent progressivement aux femmes les droits dont elles étaient privées jusque-là : elles ont aujourd’hui enfin droit au divorce de leur fait, elles peuvent hériter, elles peuvent avoir seule et entière responsabilité de leur enfant, etc. Et l’homme dans tout ça ?

La Femme Thaïlandaise et l’Homme
Les tendances sociétales thaïlandaises sont lourdes d’une ironie qui n’est unique ni dans l’histoire ni même dans le monde d’aujourd’hui (voir l’Afrique). Reconnues capables de se tenir sur leurs deux pieds, c’est-à-dire d’assurer leur indépendance financière - et souvent bien au-delà, de supporter toute une famille, reconnues capables aussi de s’assumer moralement et d’être indépendantes socialement, les femmes se retrouvent monolithiques, sans dépendance particulière vis-à-vis de l’homme. Les hommes thaïlandais traversent actuellement une grave crise d’identité, privés de l’assurance d’être indispensables - et perdant même de plus en plus les illusions qu’ils tentaient d’entretenir à cet égard. Sur les 20 dernières années, leurs réactions ne les ont certes pas aidés à retrouver leur place : ayant du mal à envisager une situation de couple sans dépendance mutuelle, ils abdiquent leurs responsabilités en masse. La proportion des femmes abandonnées par leur ami ou mari à la naissance de leur enfant est impressionnante. De même celle des hommes qui voyant leur femme s’élever sur l’échelle sociale mais incapables ou peu désireux de la suivre, lâchent prise et s’enfuient. Retrouvant les traditions de leurs ancêtres (pas si éloignés), ils papillonnent entre des maîtresses qu’ils peuvent multiplier à loisir puisqu’ils n’ont même plus à les entretenir. Même ceux qui restent mariés rendent régulièrement visite aux instituts de massage et autres bordels, au point que la Thaïlande, alarmée par la proportion de jeunes femmes infectées du SIDA par leurs maris, a dû lancer des campagnes de grande envergure à ce sujet - dont on se demande si l’effet n’est pas de rendre les femmes encore plus distantes plutôt que de décourager les pratiques de ces messieurs. En entreprise, il s’agrippent à la moindre parcelle de pouvoir et la transforment en trône d’où ils s’empressent d’exiger une cour d’assistants, secrétaires et autres subordonnés sur lesquels ils règnent sans les gérer, en oubliant de travailler eux-mêmes, ou plutôt confondant travail productif et manipulations politiques visant à élargir leur royaume. Autant d’attitudes qui, si elles réussissent encore parfois à tromper leur entourage, renforcent de plus en plus la confiance faite aux femmes et donc leur rôle central dans la société thaïe.

De penser que cet état de choses est une « victoire » pour les femmes serait une grave erreur, car personne ne bénéficie réellement d’une société en déséquilibre. En fait, d’horizons opposés, les situations thaïlandaise et européenne convergent aujourd’hui vers une réalité suffisamment alarmante pour stimuler la CEE à financer des études sociologiques et la Thaïlande à demander à ses universités de se pencher sur le problème : le nombre de célibataires, et particulièrement de femmes célibataires et vivant seules (ou en tous cas sans homme) dépasse largement tout ce qu’une société saine peut accepter pour perdurer. Le malaise est visible même au niveau des individus : tentant bravement de vivre une « bonne » vie tout en s’occupant de leurs enfants (si elles en ont) ou en essayant d’oublier le manque créé par l’absence d’enfants (si elles n’en n’ont pas), les femmes seules (tout comme beaucoup d’hommes d’ailleurs, le « papillonnage » étant une forme aiguë de solitude) sont sous pression, souffrant de solitude, de manque de tendresse et de soutien moral. Elles se regroupent, créent des petites communautés formant un nouveau type de famille. Les taux de suicide sont assez importants, surtout chez celles qui n’ont pas d’enfants. Et celles qui refusent de perdre espoir cherchent l’âme soeur. Scandale des scandales, elles se précipitent même chez ces barbares d’étrangers, sans prêter attention à la réprobation ambiante, espérant qu’elles trouveront le répondant attendu chez ces hommes réputés plus « responsables ». Le nombre de femmes de bonne famille se mettant en ménage avec des étrangers augmente... sans pour autant suffire à résoudre le problème à l’échelle du pays bien sûr.

La Femme Thaïlandaise
Il est clair que la Thaïlande a du mal à gérer sa transition d’une structure sociétale en village « spirituel » communautariste (où le couple n’était que partie de la famille élargie vivant sous le même toit) nourrie par une démographie galopante, à la ville « matérielle » et individualiste où la natalité est paresseuse et la famille se réduit à son noyau. A quoi ce noyau va-t-il ressembler ? Vers quel équilibre s’achemine-t-on ? Difficile à dire. En attendant, dans le maelstrom de tendances que je viens de décrire, on trouve de tout chez les femmes thaïlandaises, tous les profils existent et se télescopent en cette période où l’esclavage et le surplus d’indépendance se côtoient et se mélangent, et où l’éducation ne sait plus où elle en est. Ce qui rend la vie possible et les défis relevables toutefois est la solidarité dont les Thaïlandais font preuve entre eux. Certes assaisonnée de paternalisme (ou plutôt maternalisme je devrais dire), de clientélisme, voire de mercantilisme et autres notions décriées en Europe, cette solidarité est telle que nul enfant n’est en danger, car même perdu, ils sera recueilli et soigné par n’importe quel adulte qui passe. Toute personne pouvant se dire parent (même très éloigné) ou originaire du même village, ou même simplement ami d’un ami, est accueillie et nourrie, on l’aidera à trouver du travail ou on l’emploiera quitte à ne la rémunérer qu’en nourriture et logement. Les cercles financiers informels, au sein desquels on met en commun une somme qui sera successivement investie puis remboursée par chaque participant, sont légion (et non dépourvus de risques d’ailleurs). Un(e) patron(ne) payera peut-être assez mal ses employés mais leur prêtera toujours personnellement main forte en cas de besoin.

Cette solidarité, largement véhiculée et concrétisée par les femmes, et associée à l’adaptabilité légendaire des Thaïs, est la clef du succès thaïlandais, la raison derrière le développement rapide de sa classe moyenne et celle qui explique comment la crise de 1997 eut bien moins de répercussions sociales qu’on aurait pu craindre. C’est probablement le facteur qui soutiendra le pays à travers la transition actuelle vers un nouveau modèle sociétal encore à découvrir.

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
kalbre

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 19/10/2012
Localisation : Bangkok now !

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Mer 28 Nov - 8:22

pas mal de clichés au milieu de quelques vérités .je me demande dpuis quand cette journaliste ne s'est plus baladée à Bangkok e regardé les jeunes filles qui sont en rue ? la fille qu'on sacrifie pour la famille aussi c'est très amusant . si c'est les choses que vous croyez au sujet de la Thaïlande vous risquez d'être drolement surpris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Salut Kalbre   Jeu 29 Nov - 4:41

Alors si cette journaliste, qui expose tout de même un travail de fond très important, n'est pas réellement dans la réalité d'aujourd'hui, pouvez-vous nous faire bénéficier de votre expérience et développer ce qui est la réalité à vos yeux, tout en nous disant là où elle est dans l'erreur, afin que nous puissions prendre connaissance de ce sujet sur la vie thaïlandaise dans la société actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
kalbre

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 19/10/2012
Localisation : Bangkok now !

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Jeu 29 Nov - 8:04

allez simplement vous promenez dans les rues de Bangkok et vous verrez le nombre incroyable de femmes en mini short et débardeur plus que léger et pas besoin d'aller à Nana plaza pour les voir . Si vous croyez encore à la fable de la pauvre cadette sacrifiée pour sa famille en Issan libre à vous mais les misérables c'était il y a longtemps . Ce qui oblige surtout les gens a accumulé les boulots c'est pas la pauvreté c'est l'accès ultra facile au crédit .Heureusement que les jeunes filles restent chaste et que les boy friends sont juste de brave chevalier servant mais je me demande qui met enceinte toutes ces jeunes filles de 17 ou 18 ans ? Très jolie aussi la légende du mari thaï cavaleur et baiseur à souhait , sur qu'il y en a mais pas plus qu'en France ou en Belgique .ils boivent beaucoup ? les français pas peut être ? cet article est basé sur à tout casser 10% de la population mais comme je vois que mes interventions vous dérangent dans votre vision d'une Thaïlande mythique je m'abstiendrai de commentaires à l'avenir
Revenir en haut Aller en bas
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Jeu 29 Nov - 10:15

Je ne pensais pas que le fait de mettre un article sur les femme thaïlandaise écrit par une occidentale qui vit et travaille depuis longtemps en Thaïlande soulève des attaques personnelles, chacun a sa vision des choses et de la vie, ce qu'elle écrit est sa vision personnelle de la culture thaïlandaise et de la vie des femmes dans ce pays.

C'est une femme et je suis contente d'avoir un point de vue féminin, en tant homme vous avez une vue différente sur la condition des femmes !! de plus vous êtes occidentaux, je ne veux pas entrer dans un débat homme/femme mais pour la plupart vous ne savez déjà rien sur la vie des femmes européennes alors que dire de celles qui vivent ailleurs !!!

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Jeu 29 Nov - 10:58

Voici une autre sujet sur le rôle des femmes par une autre femme Lisa Thuc Duyê Hua (2009)

RÔLE DE LA FEMME THAÏLANDAISE DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA THAÏLANDE


Quelle est la part de la femme thaïlandaise moderne dans le développement socio-économique de son pays ? Comme on pouvait s’y attendre, la femme thaïlandaise s’active principalement dans des métiers manuels dans le milieu rural et dans de petites activités de commerce dans le milieu urbain[1]. Mais étonnamment, une autre sous-classe de la population féminine contribue activement au développement économique général, mais reste peu considérée, et se retrouve même rétrogradée socialement[2]. Tout comme dans le cas de plusieurs pays aux valeurs patriarcales, le développement de la femme thaïlandaise reste souvent subordonné au bien-être de sa famille. Dans le milieu rural, c’est une épouse, une bru, une mère dévouée qui participe à la subsistance de sa famille en travaillant pour l’amélioration de la situation économico-sociale de son époux, situation dont profite également sa belle-famille. Ses activités restent cantonnées entre autres aux travaux manuels tels que le tissage, aux travaux agraires et à la pêcherie[3]. Dans les villes, une majorité de Thaïlandaises restent alignées sur le même profil familial. Seules leurs activités diffèrent quelque peu. C’est une main-d’œuvre bon marché à titre d’exemple pour les échoppes, les industries du textile, les commerces vendant des objets d’artisanat.

Lire la suite ...


Et il y celui ci aussi

La condition de la femme en Thaïlande (2011)

Nous sommes maintenant en Thaïlande où la condition de la femme n’est pas plus agréable que les pays vue précédemment. Comme dans certains autres pays, les femmes sont souvent battues, violée et souvent vendue ou échangée à leur naissance. Cela dit, le plus gros problème de la femme en Thaïlande est la prostitution. Dans certains pays, on voit les hommes comme de la chair à canon, les femmes thaïlandaises sont plutôt vues comme support aux plaisirs exotiques en tout genre. La Thaïlande est souvent perçue comme un symbole international du tourisme sexuel.
Un président thaïlandais à déjà dit : " Les américains ont besoin de filles, nous, de dollars ! ". Une citation qui nous en dit longs sur l’importance donnée aux femmes.

lire la suite ...

Source
Femmes autour du monde http://femmesautourdumonde.blogspot.fr
http://redtac.org

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: La triple peine des femmes qui avortent   Jeu 29 Nov - 11:43

Bangkok Post |Sanitsuda Ekachai |8 mars 2012

Les IVG sont illégales dans le royaume. Aussi celles qui y ont recours, à l'image d'un mannequin – sous les feux des projecteurs ces derniers jours –, s'exposent à des poursuites, sont ostracisées et n'ont d'autre choix que de subir des interventions médicales d'un autre temps.

Quand un mannequin avoue dans les médias que, contrainte et forcée par son ancien compagnon, elle vient de se faire avorter – une décision qu'elle regrette maintenant amèrement – que se passe-t-il, d'après vous ? La jeune femme s'attire de la sympathie ? Son cas encourage un débat sur la question ? Nous prenons conscience de la nécessité de prodiguer des conseils aux femmes tombées enceintes malgré elles, et de leur permettre de choisir en connaissance de cause ? Nous réfléchissons à obliger les hommes à assumer davantage les conséquences de leurs rapports sexuels non protégés ? Si c'est ce à quoi vous pensez, alors vous avez totalement sous-estimé la violence de la société thaïlandaise à l'encontre des femmes.

lire la suite ...

Source : http://www.courrierinternational.com

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
ttf1

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 64
Localisation : chiang mai

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Jeu 29 Nov - 16:49

Il y a un moment ou vos articles font sourire. Je suis a 1000 pour cent d accord avec Kalbre. Arretez de lire des articles de gens qui ne connaissent la thailande que par articles ou copains journalistes , de merde , on les rencontre , et faites , quand vous y serez,en thailande , votre opinion tout seul. Entre ce que l on a envie d entendre et la realite , il y a partout dans le monde ub grand ecart. L avortement , interdit , une grande blague . plus de 100 ou 1000 foetus , je ne sais plus et cela m affole , trouves dans les jardins d un temple. Kalbre est gentil , des jeunes de 14 ans maxi avec leur gosse d un an dans les bras , c est ultra frequent dans les villages , et pas qu en issan. L argent gratuit des filles qui se font payer pour 5 minutes de cuisses ouvertes par jour , au lieu de 12 heures de boulot au 7 eleven....
Ce ne sont que des etres humains comme tout un chacun , avec les bons et les mauvais cote. Les reflexions , la famille m aime , yann c est un peu pour toi , et sans mechancete , cela me fait rire , a part celui qui vit ici depuis 40 ans , et il n y en a plus beaucoup.Je sens que je ne vais pas me faire que des potes , mais MERDE, il faut aussi dire la realite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Kalbre   Jeu 29 Nov - 16:50

Je vois que vous confondez tout Kalbre. Vos interventions ne me dérangent pas du tout, le forum est justement fait pour cela. Vous critiquez l'article écrit par cette femme qui plus est avec cynisme, ok, pas de problème, cependant vous n'étayez pas, vous tournez juste cette femme en ridicule alors qu'elle a vécu des années en Thaïlande et que son métier est un métier de recherche; si elle a été publiée, c'est que son article a été validé par la rédaction. Je ne défends pas cette journaliste parce que j'ai été journaliste, mais je connais les rouages de la presse écrite avant qu'une parution soit validée.

Dans un autre poste, vous écrivez que vous êtes de passage en Thaïlande depuis 20 ans, c'est bien pour ceux qui sont novices et je pense que vous devez avoir pas mal de connaissance. Faites en profiter les membres.

Cependant, si vous n'êtes pas en accord avec ce qu'elle écrit, donner nous les infos qui vont biens pour que nous ayons deux points de vues et que nous puissions nous faire une opinion sur la vie de la femme thaïlandaise.

Je n'ai rien contre vous Kalbre, soyez en sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Salut Yves   Jeu 29 Nov - 17:09

Désolé de te dire cela TTF1, mais là tu argumentes avec tes connaissances, c'est tout ce que je demande, des arguments. Dire que ce qui est écrit n'est pas bon est facile, mais à ce moment là il faut apporter des réflexions qui nous apprennent quelque chose ou nous ouvre les yeux sur une autre réalité.

Je ne sais pas où j'ai écrit ma famille m'aime, mais ce n'est pas grave Yves, quand je parle de ma famille c'est surtout de mon épouse et de ma petite fille à venir, et là, je dis oui, ma famille m'aime.

De mémoire, c'est 2000 fœtus qui ont été plus ou moins vendus par un ou des hôpitaux et qui plus tard ont été trouvés dans un temple à Bangkok, en 2010, j''étais en Thaïlande à ce moment là, j'avais été très choqué, ma femme me traduisait les infos en direct.
Revenir en haut Aller en bas
ttf1

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 64
Localisation : chiang mai

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Jeu 29 Nov - 17:23

Yann , tu es un sage et certainement un filozophe , vive rio, . Il faut laisser au temps le temps , nous sommes , peut etre un peu trop farangthaise , mais , meme sans de reels arguments , ce n est que notre experience de ce pays , dans lequel on vit et qui nous plait a 70 pour cent . Lorsque je suis arrive , je me suis promis de ne pas gratter , pour decouvrir les mauvais cotes , le sourire me suffisait. Mais , on ne change que difficilement , et a tord , j ai gratte , economie , politique et vie sociale. Grosse erreur , mais le pays me plait , j ai refait ma vie et je ferme ma grande G....e . A refaire , irais ailleurs , ou? c est la la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Salut Yves   Jeu 29 Nov - 17:44

Je suis d'accord, il faut laisser le temps au temps. Me concernant, je passe 2 jrs à Bangkok et nous faisons des courses avec mon épouse, ensuite c'est direction notre maison et je passe un mois au village avec ma belle famille. Le reste, je ne m'en occupe pas, mais je regarde les infos tous les matins, traduite par madame. Ensuite, je pars à l'école étudier et le week-end, c'est boxe thaï devant la TV avec mon beau-père et surtout j'aime aller à la ferme.
Maintenant, tout cela va changer avec mon expatriation, je rajouterais bricolage à max car j'adore cela et si j'ai le courage, faire un ou plusieurs livre sur le surf en Polynésie, puisque ce fut ma spécialité lorsque j'étais journaliste et photographe et que je pars avec plus de 300 000 photos, mais là, je vais prendre tout mon temps. Et le petit plus, cuisiner thaï avec ma belle-mère en comprenant, grâce à deux livres que tu connais, sans oublier chaque matin, la gestion de la société pendant 2 à 3 heures maxi. J'y vais pour me la couler douce et pas autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Salut Yves   Ven 30 Nov - 6:00

Je relis tranquillement ton post ce soir et j'y répond différemment. Je ne peux me permettre de parler sur le mode de vie de la capitale pour une seule et unique raison, je n'aime pas la ville, je suis plutôt campagnard, c'est une des raisons de ma présence dans un petit village, tout petit village. je vais à la ville quand je n'ai pas le choix, c'est à dire pour faire des documents que seules certaines officines délivrent ou encore quand je dois me rendre à l'ambassade de France. Je n'ai jamais pris le temps en trois ans de me balader dans Bangkok et je n'ai jamais mis les pieds dans un bar ou encore un bar de nuit, ce n'est pas mon truque d'une part et surtout, j'ai une Princesse et je la respecte. Donc, je n'ai rien vu de la prostitution et du monde de la nuit (sauf sur youtube) et je n'en prendrai jamais connaissance. Après une vie très active, j'ai décidé de vivre ma seconde partie de vie près de ma femme, ma fille et ma belle famille et de tout faire pour améliorer leur vie de labeur et le mot labeur n'est pas trop fort, le reste, je m'en cague comme de l'an 40. J'ai juste envie de me poser comme on dit. Le temps fera le reste.......Je prendrai les choses comme elles viennent en allant de temps en temps rendre visite aux copains! Voilà comment je vois mon expatriation Yves. Je n'ai surtout pas l'intention de vivre en Thaïlande tel qu'un européen, mais plutôt comme un simple étranger qui recherche le calme, un calme que je vis à chaque déplacement à la maison ou alors quand je mets le bleu et les bottes pour aller à la ferme. Hors de question de refaire le monde......il y aurait trop de boulot !! hahaha
Revenir en haut Aller en bas
RioBravo
Zozoteur
Zozoteur
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Ven 30 Nov - 8:34

La particularité qui nous animent est, me semble-t-il, la recherche d'une terre, un territoire plus conforme à nos aspirations.
L'Europe et d'autres endroits ne semblent pas ou plus nous convenir alors nous partons en quête d'une "terre promise" (lol).
Chacun prépare son barda empli d'espoirs, de soif de découvertes mais aussi d'inquiétudes pour certains et de fariboles pour d'autres.
Puis arrive les expériences et l'analyse que nous en feront. Cette dernière sera forcément teintée de notre vécu en qualité de farang mais aussi en rapport à notre condition, aux histoires que nous avons vécus dans notre vie.
Ainsi, telle rencontre sera de ce fait considérée comme surprenante, inquiétante, admirable, repoussante etc... Idem pour la culture, le folklore, les rapports sociologique etc...
Il n'existe pas à mon sens de vision conforme car ce n'est qu'une "vision" tout comme il n'existe pas de " terre promise".
En revanche on peut y trouver un havre de paix, quelque chose qui soit plus en rapport à notre personnalité.
Enfin, une ouverture d'esprit, une certaine humilité et un sens affirmé de l'observation sont des atouts pour "comprendre" et gérer son expatriation en rapport à ce que l'on est ( né aussi ).
Revenir en haut Aller en bas
Éric
Boss
Boss
avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 21/09/2012
Age : 54
Localisation : Là ou je suis :)

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Sam 1 Déc - 10:29

merci de coller au sujet d'origine SVP ( La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale)

pour les discussions concernant l'expatriation :

http://www.issan-en-thailande.com/t353-une-expatriation-cela-ne-s-improvise-pas#2711

_________________
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-





« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde. »
de Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.issan-en-thailande.com
RioBravo
Zozoteur
Zozoteur
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Sam 1 Déc - 10:42

Zalut El General ! Mon post est de nature "généraliste". Je faisais échos aux réponses en rapport à ce topic. Reeeeeeeeeeepoooooooooooooooooooooos ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Éric
Boss
Boss
avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 21/09/2012
Age : 54
Localisation : Là ou je suis :)

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Sam 1 Déc - 10:57

ok Zrio Smile mais généraliste ou pas il ne rentre pas dans le cadre du sujet . Et ce n'est pas ton post uniquement ...

Éric a écrit:
merci de coller au sujet d'origine SVP ( La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale)

pour les discussions concernant l'expatriation :

http://www.issan-en-thailande.com/t353-une-expatriation-cela-ne-s-improvise-pas#2711

_________________
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-





« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde. »
de Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.issan-en-thailande.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mesdames   Sam 1 Déc - 18:32

Tu as raison Eric de recadrer le sujet initial et puis, il n'y a que les femmes pour bien parler des femmes, c'est à dire avec dextérité, précision et ressenti. Nous pouvons participer, mais nous n'aurons pas les mêmes ressentis, c'est évident. Je regrette que mon épouse ne parle pas notre langue car sa vision de la femme est tout autre que les remarques que j'ai lu dernièrement. Bras couvert, robe en dessous des genoux, humble en toute occasion avec un grand respect de la culture bouddhiste. Elle ressemble pas mal à l'un des sujets que tu as posté sur les femmes thaï dans la société Mireille. Comme elle me dit, en dehors de la maison, je dois avoir les épaules couverte par respect. Quand elle était à Tahiti, ce fut différent car notre culture est différente, elle s'est adapté de suite et de retour en Thaïlande et dés les pieds dans l'avion, épaule couverte. Jamais de minijupe, ou de short sexy, c'est à ses yeux provocateur et c'est fait pour provoquer. Je respecte son point de vue et je suis heureux de ma rencontre en 2009 avec cette femme de principe et de morale.
Revenir en haut Aller en bas
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   Lun 8 Avr - 8:01

LA THAÏLANDE AU FÉMININ

le 17 décembre 2012 | Par Femmexpat

Voici le point de vue d’une observatrice qui a eu et a encore un contact étroit et prolongé avec les femmes thaïlandaises : si elle ne revendique en aucun cas le savoir absolu sur la sociologie siamoise, cet article peut avoir valeur de cas d’étude fiable.

Prenez une femme française et produisez son négatif : vous aurez une assez bonne approximation de la femme thaïlandaise.

Et je ne parle pas seulement du facteur physique – cheveux noirs pour cheveux blonds (vrais ou faux), yeux noirs pour yeux clairs, peau dorée pour peau blanche, le tout sur un corps relativement petit et mince dans les deux cas. Bien au-delà, l’une s’escrime pour la reconnaissance au travail dont l’autre bénéficie depuis toujours, tandis que cette autre ne fait qu’entrevoir le droit à la liberté de vie privée dont la première jouit depuis des décennies. L’une voit la clef de son équilibre à travers l’acceptation de l’homme de partager les taches équitablement, l’autre la découvre à travers la fuite de l’homme loin de toute responsabilité de couple. Et tout cela sur fond commun de société machiste matriarcale, en évolution relativement rapide vers on ne sait pas très bien quoi, mais avec pour effet premier la multiplication de personnes seules, sans ou avec enfants.

La Femme Thaïlandaise au Travail

Les sociologues et historiens diront mieux que moi comment la riziculture a influencé le rôle de la femme dans les sociétés qui sont basées sur elle, par opposition à celles centrées sur les activités plus masculines d’élevage et de culture du blé ou du maïs. A cela doit s’ajouter le facteur plus ou moins inhibiteur des religions, dont certaines (Islam, Christianisme, Judaïsme) se sont plues à assigner un rôle spécifique aux femmes (généralement lié au foyer), alors que d’autres ont salutairement évité de se prononcer trop clairement à ce sujet. Le fait est qu’en Thaïlande comme dans quasiment tous les pays rizicoles et bouddhistes d’Asie, la femme a toujours eu sa place au travail. En 2005, et sans qu’une quelconque révolution ait eu lieu, 52% de la population active est féminine. Mieux, 48% des cadres et dirigeants d’entreprises sont des femmes – sans compter les nombreux cas d’entreprises où la personne « au front » est un homme, mais celle qui prend les vraies décisions est la vieille « tatie » dans l’ombre des salles de réunion. C’est d’ailleurs devenu un jeu parmi les vieux expatriés d’Asie de savoir identifier et gagner accès aux « taties » qui dirigent – les entreprises, les ministères, le pays même. Car dans la politique encore plus que dans les affaires, les patronnes ne se montrent pas souvent. Le vrai pouvoir fait profil bas dans un pays où les grandes décisions se prennent rarement au bureau.

A l’autre extrémité de l’échelle sociale, les femmes portent peut-être encore plus le flambeau du travail. Si la ferme ne produit pas assez, il est commun que ce soit l’homme qui reste et la femme qui parte à Bangkok pour trouver de quoi faire vivre la famille. Femmes de ménage, prostituées, vendeuses, hôtesses de bar, masseuses, mototaxi, cuisinières, elles sont légions à soutenir une famille entière (hommes y compris) avec ce qu’elles gagnent. Dans les familles pauvres de l’Issarn (province du Nord-Est du pays), l’une des filles est souvent désignée pour le sacrifice : elle n’ira pas à l’école et ne jouira pas de son adolescence. A 12-14 ans, elle sera « placée » comme bonne ou autre dans une famille à Bangkok et devra consacrer sa vie à fournir à sa famille les quelques milliers de Baht dont ils ont besoin pour survivre. Si elle fait quelques enfants en passant, ceux-ci seront éduqués par la grand-mère au village.

Consultante en gestion des ressources humaines, je fus choquée d’entendre ce que me demandait un client peu de temps après mon arrivée en Thaïlande : « Débarrassez-moi de tous mes employés hommes. Je ne veux que des femmes ! » J’ai cru un moment qu’il plaisantait, d’autant que cet homme était PDG d’une aciérie – mais non. Au fil des années, j’ai compris que cet état d’esprit était partagé par bien des dirigeants en Thaïlande. Au travail, les femmes sont réputées plus sérieuses, plus travailleuses, plus raisonnables, plus fiables, plus stables que leurs collègues masculins. Méfions-nous bien sûr des généralités abusives – mais il est un signe révélateur de cette tendance, qui parlera très clairement aux européennes : les femmes thaïlandaises ne sont jamais sous-payées par rapport à leurs collègues masculins. Il arrive même que si favoritisme il y ait, il soit plutôt en faveur de la femme.

Il serait très étonnant que cette tendance s’infléchisse dans l’avenir envisageable. Les filles représentent largement plus que la moitié des effectifs d’écoles secondaires et universités, et ne sont même pas minoritaires dans les domaines techniques. Une impressionnante proportion de celles qui ont dû commencer à travailler sans diplôme (et quelquefois sans même avoir achevé leur école primaire) mettent les bouchées doubles à travers cours du soir et du week-end, et travaillent 16 heures par jour sept jours sur sept jusqu’a ce qu’elles aient leur « Bachelor » (licence). Je ne pense pas me tromper en assurant que la naissance et le développement de la classe moyenne thaïlandaise sur les 20 dernières années a été – et reste encore – en bonne partie le fruit du labeur des femmes.

Je ne peux donner un meilleur exemple que celui de la jeune fille que je recrutai il y a 12 ans, et dont les seuls bagages étaient ses 20 ans, trois ans d’école – et un enfant de quelques mois. Lorsqu’elle commença son travail de femme de ménage, elle ignorait ce qu’était un fax ou une photocopieuse. Je l’envoyai à l’école pour apprendre des rudiments d’anglais et d’informatique. Elle prit confiance en sa capacité d’apprendre, prit des cours du soir supplémentaires de sa propre initiative – et passa son BAC en trois ans. Elle devint employée de bureau, puis assistante comptable. Aujourd’hui, elle s’occupe de toute l’administration de mon bureau et commence un cycle d’études supérieures en gestion. Son fils entre dans l’une des meilleures écoles secondaires de Bangkok. Elle est propriétaire d’un appartement à Bangkok et d’une maison dans sa province, et son nom apparaît sur les murs du temple de son village en bonne place parmi les bienfaiteurs de l’endroit… Et au fait, elle vit seule avec son fils.

La Femme Thaïlandaise dans la Vie Privée

Toute médaille ayant son revers, l’indépendance et le respect dont jouit la femme thaïlandaise dans sa vie professionnelle sont contrebalancés par une vie privée en « liberté surveillée ». Le matriarcat n’excluant en aucune façon le machisme, une femme thaïlandaise bien élevée se doit d’être « respectable ». Un terme, un concept redoutable, qui me prit si fort à la gorge à mon arrivée en Thaïlande que j’entrepris d’écrire à l’époque un petit livret intitulé « Comment être une femme respectable en dix leçons » ! L’occasion de déverser ma bile à grand renfort de sarcasme et d’ironie, cet exercice eut au moins l’effet de me faire comprendre que ce n’était pas la Thaïlande qui allait s’adapter à moi, d’autant que mes amis thaïlandais prirent plaisir à me démontrer qu’ils ne faisaient que dire tout haut ce que tout homme au monde pense tout bas. Bref, j’appris peu à peu ce que la femme thaïlandaise sait à la naissance : le tout est de respecter les apparences.

Ainsi, en quelques lignes assassines, résumons ce qu’est une « femme respectable » : elle porte des habits non provocateurs (pas de minijupes, pas de chemises sans manches…), elle ne sort que lorsque nécessaire, toujours accompagnée, et dans des endroits comme il faut, elle est modeste et évite de se mettre en avant, elle ne fait jamais monter un homme dans ses appartements privés sans chaperon… ah, et elle est vierge au mariage bien sûr.

Une image qui semble ridicule au regard de ce que l’on sait (ou croit savoir) de la Thaïlande. Et pourtant. En général, les filles sont extrêmement protégées, « cocoonées » jusqu’à très tard. Elles ne sortent jamais seules même en pleine journée, se font accompagner à l’école ou au bureau et rechercher le soir. A 20 ans, beaucoup n’ont jamais pris le bus ou une mototaxi et paniquent si on leur demande d’aller faire une course seule. La solitude leur est inconnue, au point qu’elles dorment souvent dans le même lit que leur soeur/mère/cousine, et appellent une copine pour se faire accompagner aux toilettes. Elles ont appris à tenir une maison, à s’occuper des plus jeunes, à gérer un budget, à se préparer pour une carrière, à prendre des responsabilités même lourdes (en Thaïlande, on existe d’abord en tant qu’aîné ou cadet, avec les responsabilités et devoirs qui en dépendent), mais on ne leur a jamais parlé de leur corps, de sexe, de sentiments – tous sujets profondément tabous dans la famille thaïlandaise. Si elles ont un petit ami, le fait de lui laisser tenir leur main pendant quelques minutes a longtemps été osé, et un baiser, même sur la main ou la joue, faisait encore scandale il y a quelques années. Le rôle du petit ami se limite donc à celui du chevalier servant, empressé, chaste et protecteur – jusqu’au mariage bien sûr. Bien des jeunes étrangers tombés amoureux d’une Thaïlandaise de bonne famille ont payé pour le savoir, ayant dû faire une cour à l’ancienne à leur belle pendant plusieurs années avant de pouvoir recueillir le fruit convoité.

Mais voila. En Thaïlande comme partout ailleurs, de faire carrière exige des études de plus en plus longues, suivies de travail acharné en entreprise pendant plusieurs années avant de pouvoir souffler un peu. Les femmes ne font pas exception, et comme l’impact financier d’une meilleure situation est un facteur déterminant, le mariage (pourtant encore souvent considéré comme une étape fondamentale dans la vie d’une femme) est souvent repoussé.
Récemment, la moyenne d’âge au mariage pour les femmes est proche de 30 ans. Que font-elles donc dans l’intervalle ?

Beaucoup, coincées entre les impératifs de leur carrière et la mentalité moyenâgeuse de leur environnement, trouvent des solutions… créatives. Un sociologue thaïlandais lança un cri d’alarme il y a quelques années au vu de la proportion d’homosexualité parmi les jeunes femmes (la perte de la virginité est apparemment comprise comme étant liée à un rapport hétérosexuel, et surtout, les rapports entre une fille et ses copines ne sont pas surveillés). Théoriquement, cette pratique de l’homosexualité n’est qu’un pis-aller en attendant « the real thing ». Mais, à force, un certain nombre d’entre ces jeunes femmes finissent par se dire que l’attrait masculin ne vaut pas le revirement. L’une de mes jeunes employées, recrutée à 21 ans, traversa toutes ces phases au cours des années, me confiant ses doutes, ses hésitations, ses frustrations. Plusieurs de ses amantes finirent par se marier. Pas elle. Elle envisagea un moment de se marier avec un homosexuel, solution assez communément adoptée aujourd’hui pour satisfaire aux apparences sociales tout en préservant sa liberté, mais elle préféra faire face à sa famille. Elle est aujourd’hui officiellement homosexuelle – et directrice d’entreprise.

Celles qui se marient transfèrent traditionnellement à l’époux le devoir de les protéger, de les cocooner – de les surveiller. Une femme qui se détache de ce cocon avant un âge très mur n’est pas respectable. Elle est souvent soumise à d’énormes pressions de sa famille, de ses propres amis, pour revenir au foyer – même si ce foyer est la plupart du temps déserté par le mari volage. Le chantage n’est pas dédaigné pour remettre la femme sur le droit chemin – au moins aussi longtemps que l’exigent les apparences. Ainsi, l’une de mes amies thaïlandaises, mariée depuis 20 ans et trompée, désertée par son mari depuis presque aussi longtemps, dut ronger son frein jusqu’à ce que son fils ait atteint sa majorité et qu’elle-même ait atteint un poste très important dans son entreprise – et l’âge de 48 ans, pour finalement pouvoir reprendre son indépendance et sa vie. Par une ironie fort commune à toutes les sociétés, cet état de fait est souvent maintenu et renforcé par les femmes elles-mêmes, ne serait-ce que par l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants…

Bien sur, ce qui précède s’applique surtout aux milieux aisés. Quid de toutes ces jeunes filles simples employées, qui portent une minijupe parce que c’est l’uniforme de leur entreprise, et quid de toutes ces femmes de milieux sociaux plus bas, dont certaines ont des occupations (prostituées, masseuses, entraîneuses) apparemment peu alignées avec la moralité en vigueur ? A cette question, un Thaï de la haute société me répondit froidement un jour : « On se fiche de ce qu’elles font, de toutes façons elles ne peuvent pas être respectables, elles sont trop basses dans la hiérarchie sociale » ! Comme dans toutes les sociétés quasi féodales, il est certain que les pauvres ont l’avantage d’être affranchies de bien des soucis pesant sur les femmes plus riches, finalement moins libres que leurs propres servantes. Et certaines en profitent. D’autres sont trop ignorantes pour réfléchir à la question. Mais celles qui ont l’ambition de s’élever sur l’échelle sociale s’efforcent de respecter les apparences pour mériter leur nouveau statut. D’où d’ailleurs un paradoxe dont bien des étrangers ont souffert, quelquefois mortellement : les faits divers ne manquent pas d’histoires d’Occidentaux bien pensants ayant « sorti une prostituée du trottoir » en l’installant à demeure chez eux et la transformant en maîtresse officielle. L’une d’elle me racontait, choquée, que l’attitude au lit de son amant n’avait pas changée depuis qu’il ne la payait plus, alors que, devenue « respectable », elle attendait de lui la mesure qui aurait marqué son respect. Résultat : certains de ces amants se retrouvent poignardés par les frères ou cousins venus venger l’insulte faite à leur parente. Bien des apparences sont trompeuses en Thaïlande…

Ce qui est indéniable cependant, c’est que les choses changent, et à tous les niveaux de la société. Les jeunes filles apprennent de l’Internet ce que leurs parents se refusent à leur dire. Elles ont accès à d’autres cultures, perdent le respect absolu que les générations précédentes avaient en les « valeurs thaïlandaises » (en tous cas, certaines d’entres elles) et font preuve d’esprit critique. Les plus éduquées apprennent à manipuler les apparences, découvrent les méthodes contraceptives facilement disponibles sans ordonnance, et s’arrangent pour vivre leur vie sans choquer personne – tout en conservant leur indépendance et leur carrière. Les moins éduquées font des enfants comme s’il en pleuvait, et les envoient dans leur famille en nourrice tout en continuant leur vie comme si de rien n’était. Finalement, elles qui avaient déjà l’indépendance professionnelle, découvrent l’indépendance sociale. Une tendance soutenue et renforcée par les évolutions juridiques, qui donnent progressivement aux femmes les droits dont elles étaient privées jusque-là : elles ont aujourd’hui enfin droit au divorce de leur fait, elles peuvent hériter, elles peuvent avoir seule et entière responsabilité de leur enfant, etc. Et l’homme dans tout ça ?

La Femme Thaïlandaise et l’Homme

Les tendances sociétales thaïlandaises sont lourdes d’une ironie qui n’est unique ni dans l’histoire ni même dans le monde d’aujourd’hui (voir l’Afrique). Reconnues capables de se tenir sur leurs deux pieds, c’est-à-dire d’assurer leur indépendance financière – et souvent bien au-delà, de supporter toute une famille, reconnues capables aussi de s’assumer moralement et d’être indépendantes socialement, les femmes se retrouvent monolithiques, sans dépendance particulière vis-à-vis de l’homme. Les hommes thaïlandais traversent actuellement une grave crise d’identité, privés de l’assurance d’être indispensables – et perdant même de plus en plus les illusions qu’ils tentaient d’entretenir à cet égard. Sur les 20 dernières années, leurs réactions ne les ont certes pas aidés à retrouver leur place : ayant du mal à envisager une situation de couple sans dépendance mutuelle, ils abdiquent leurs responsabilités en masse. La proportion des femmes abandonnées par leur ami ou mari à la naissance de leur enfant est impressionnante. De même celle des hommes qui voyant leur femme s’élever sur l’échelle sociale mais incapables ou peu désireux de la suivre, lâchent prise et s’enfuient. Retrouvant les traditions de leurs ancêtres (pas si éloignés), ils papillonnent entre des maîtresses qu’ils peuvent multiplier à loisir puisqu’ils n’ont même plus à les entretenir. Même ceux qui restent mariés rendent régulièrement visite aux instituts de massage et autres bordels, au point que la Thaïlande, alarmée par la proportion de jeunes femmes infectées du SIDA par leurs maris, a dû lancer des campagnes de grande envergure à ce sujet – dont on se demande si l’effet n’est pas de rendre les femmes encore plus distantes plutôt que de décourager les pratiques de ces messieurs. En entreprise, il s’agrippent à la moindre parcelle de pouvoir et la transforment en trône d’où ils s’empressent d’exiger une cour d’assistants, secrétaires et autres subordonnés sur lesquels ils règnent sans les gérer, en oubliant de travailler eux-mêmes, ou plutôt confondant travail productif et manipulations politiques visant à élargir leur royaume. Autant d’attitudes qui, si elles réussissent encore parfois à tromper leur entourage, renforcent de plus en plus la confiance faite aux femmes et donc leur rôle central dans la société thaïe.

De penser que cet état de choses est une « victoire » pour les femmes serait une grave erreur, car personne ne bénéficie réellement d’une société en déséquilibre. En fait, d’horizons opposés, les situations thaïlandaise et européenne convergent aujourd’hui vers une réalité suffisamment alarmante pour stimuler la CEE à financer des études sociologiques et la Thaïlande à demander à ses universités de se pencher sur le problème : le nombre de célibataires, et particulièrement de femmes célibataires et vivant seules (ou en tous cas sans homme) dépasse largement tout ce qu’une société saine peut accepter pour perdurer. Le malaise est visible même au niveau des individus : tentant bravement de vivre une « bonne » vie tout en s’occupant de leurs enfants (si elles en ont) ou en essayant d’oublier le manque créé par l’absence d’enfants (si elles n’en n’ont pas), les femmes seules (tout comme beaucoup d’hommes d’ailleurs, le « papillonnage » étant une forme aiguë de solitude) sont sous pression, souffrant de solitude, de manque de tendresse et de soutien moral. Elles se regroupent, créent des petites communautés formant un nouveau type de famille. Les taux de suicide sont assez importants, surtout chez celles qui n’ont pas d’enfants. Et celles qui refusent de perdre espoir cherchent l’âme soeur. Scandale des scandales, elles se précipitent même chez ces barbares d’étrangers, sans prêter attention à la réprobation ambiante, espérant qu’elles trouveront le répondant attendu chez ces hommes réputés plus « responsables ». Le nombre de femmes de bonne famille se mettant en ménage avec des étrangers augmente… sans pour autant suffire à résoudre le problème à l’échelle du pays bien sûr.

La Femme Thaïlandaise

Il est clair que la Thaïlande a du mal à gérer sa transition d’une structure sociétale en village « spirituel » communautariste (où le couple n’était que partie de la famille élargie vivant sous le même toit) nourrie par une démographie galopante, à la ville « matérielle » et individualiste où la natalité est paresseuse et la famille se réduit à son noyau. A quoi ce noyau va-t-il ressembler ? Vers quel équilibre s’achemine-t-on ? Difficile à dire. En attendant, dans le maelstrom de tendances que je viens de décrire, on trouve de tout chez les femmes thaïlandaises, tous les profils existent et se télescopent en cette période où l’esclavage et le surplus d’indépendance se côtoient et se mélangent, et où l’éducation ne sait plus où elle en est. Ce qui rend la vie possible et les défis relevables toutefois est la solidarité dont les Thaïlandais font preuve entre eux. Certes assaisonnée de paternalisme (ou plutôt maternalisme je devrais dire), de clientélisme, voire de mercantilisme et autres notions décriées en Europe, cette solidarité est telle que nul enfant n’est en danger, car même perdu, ils sera recueilli et soigné par n’importe quel adulte qui passe. Toute personne pouvant se dire parent (même très éloigné) ou originaire du même village, ou même simplement ami d’un ami, est accueillie et nourrie, on l’aidera à trouver du travail ou on l’emploiera quitte à ne la rémunérer qu’en nourriture et logement. Les cercles financiers informels, au sein desquels on met en commun une somme qui sera successivement investie puis remboursée par chaque participant, sont légion (et non dépourvus de risques d’ailleurs). Un(e) patron(ne) payera peut-être assez mal ses employés mais leur prêtera toujours personnellement main forte en cas de besoin.

Cette solidarité, largement véhiculée et concrétisée par les femmes, et associée à l’adaptabilité légendaire des Thaïs, est la clef du succès thaïlandais, la raison derrière le développement rapide de sa classe moyenne et celle qui explique comment la crise de 1997 eut bien moins de répercussions sociales qu’on aurait pu craindre. C’est probablement le facteur qui soutiendra le pays à travers la transition actuelle vers un nouveau modèle sociétal encore à découvrir.

Isabelle Michelet

source : http://www.femmexpat.com/destination/asie-pacifique/thailande/la-thailande-au-feminin/

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La femme Thaïlandaise vu par une femme occidentale ;)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Curcuma alismatifolia, la tulipe thaïlandaise!
» Nouvelle Longines Conquest
» A la recherche de MA Montre
» Omega de 40 ans
» CHADO ET SA MAITRESSE WILLA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISSAN EN THAILANDE :: Thailande :: Histoires Siamoise :: généralité sur la Thaïlande !-
Sauter vers: