Maison en bambou

ISSAN EN THAILANDE

www.issan-en-thailande.com
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile Veuillez vous inscrire pour avoir accès à toutes les rubriques du forum Smile
Horloge
Derniers sujets
» Thaïlande : Pur Isan ! La page facebook de รักษ์อีสาน รักบ้านเกิด* (4)
Ven 7 Aoû - 1:10 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (13). มรสุม
Ven 31 Juil - 1:50 par jeffdepangkhan

» Prik part en vacances ?* Autour de "Un os dans le riz", épisode 2 !
Ven 24 Juil - 5:07 par jeffdepangkhan

» Thaïlande - Isan : À Ban Pangkhan, le jour où...
Sam 18 Juil - 8:52 par jeffdepangkhan

» Thaïlande - Isan : Quand Ban Pangkhan se met sur son 31 !
Mer 15 Juil - 12:56 par jeffdepangkhan

» Thaïlande, Isan : autour de Ban Pheang sur les rives du Mékong.
Mer 8 Juil - 7:22 par jeffdepangkhan

» Prik, lui, se déplace en motoculteur ! Autour de "Un os dans le riz".
Mer 1 Juil - 23:28 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (12). Moitié de mousson ?
Mer 1 Juil - 2:45 par jeffdepangkhan

» Concours de chants d'oiseaux.
Mar 23 Juin - 17:59 par emmy

» La gazette de Ban Pangkhan (30). Du 14/04 au 10/06/2015.
Mer 10 Juin - 6:01 par jeffdepangkhan

» Thaïlande – Le Fawn Thaï
Dim 7 Juin - 11:25 par emmy

» Khon et Lakhon de Thailande /Danses Traditionnelle Thaïlandaise
Dim 7 Juin - 11:21 par emmy

» Phuket-sur-Seine, le quartier français thaïlandais en plein essor
Dim 7 Juin - 9:30 par emmy

» Thaïlande. La mode controversée des tatouages sacrés
Dim 7 Juin - 9:24 par emmy

»  La Fête anime une dernière fois Bangkok du 3 au 20 juin
Dim 7 Juin - 8:14 par emmy

» SECRETS DU GRAND MEKONG
Dim 7 Juin - 8:09 par emmy

»  Une nouvelle espèce découverte chaque semaine dans le Grand Mékong
Dim 7 Juin - 8:03 par emmy

» la street food
Dim 7 Juin - 7:36 par emmy

» Les tatouages sacrés thaïlandais ont la cote chez les étrangers
Dim 7 Juin - 6:09 par emmy

» Maison en teck
Dim 7 Juin - 6:06 par emmy

» La gazette du web en vrac (11). Et la mousson ?
Dim 31 Mai - 1:56 par jeffdepangkhan

» Thaïlande : Pur Isan ! La page facebook de รักษ์อีสาน รักบ้านเกิด* (3)
Sam 23 Mai - 12:03 par jeffdepangkhan

» "Un os dans le riz" : La parution !
Ven 15 Mai - 13:03 par jeffdepangkhan

» La gazette du web en vrac (10). *37.2°C, ça chauffe !
Mer 13 Mai - 1:51 par jeffdepangkhan

» Hors des Sentiers Battus avec le Grand Gang des Verts de Thaïlande!
Sam 25 Avr - 15:03 par emmy

BATH VS EUROS
Notre Forum est Eco ^^
bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!
Mes Liens

      

liens partenaires


 

  
 

  
  



vivre

referencement gratuit

Flashmonde.fr

Zikyo.com - Annuaire djeuns ado


Annuaire Virtuel

Référencement gratuit

Vikaero.com - Annuaire généraliste


Site Thailande
Compteur de Visites
Mots-clés
traditionnelle thailandaise maison
Votre IP
prix metre carré


Partagez | 
 

 Maison en bambou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Maison en bambou   Jeu 11 Juil - 9:32

Il existe plus de mille trois cent espèces de bambou répartis dans le monde entier ,Amérique, Afrique,Océanie et surtout l'Asie , le bambou résiste sous tous les climats et peut aussi résister à des températures inférieures à -20 degrés C . Le bambou est une ressource quasi inépuisable en Asie, en Thailande, et au Laos, la diversité des emplois du bambou est particulièrement évident qu'il s'agissent d'un emploi intérieur et extérieur.

Il y des references a savoir comme:" soulagement tax21 de com de maisons de forclusion, pret le texas dans equity 11 a la maison, maison de campagne a renover, location maison cote d'azur, maison philippe furniture, maison en pyrenees orientales, maison bleu edinburgh, entretien maison antibes, maison piece sur piece, maison bouygues case." etc...

Un Milliard d'êtres humains habite des maisons partiellement ou entièrement en bambou, de l'architecture traditionnelle de l'île Célèbes aux créations contemporaines en Colombie,des constructions religieuses en Indonésie, en Thailande ,aux maisons de thé japonais,le bambou évolue par son usage quotidien .

La conception des maisons en bambou n'est pas nouveau en l'Amérique latine tels que la Colombie, le Costa rica et l'équateur ; Egalement en Asie,en Asie du sud et spécialement en Asie du sud est,ce pendant le système de construction diffère d'un endroit à l'autre,les principales différences et les plus visibles portent sur la fabrication des murs ,chaque système a ses avantages et ses inconvénients.

Pour la construction des habitats, des ponts,et des échafaudages,on utilise le bambou de grandes tailles tels que : Phyllostachys aurea, nigra ou viridis à tiges jaunes, noires, ou vertes,Bambusa, Dendrocalamus,Gigantochloa,adulte ils peuvent atteindre 20 à 26m,Grace à sa résistance mécanique de bambou, sa solidité, sa nature, et sa souplesse, l'emploi de bambou pour des maisons devient primordial pour l'économie contemporaine,et la protection de l'environnement.

Le bambou est une matière première naturelle plus rapidement renouvelable et offre de nombreux avantages techniques qu'en font un produit écologique et d'avenir ; le bambou est 27% plus dur que le chêne, sa contraction,et sa dilatation par la chaleur est de 50% inférieur à celle du chêne ;sa structure particulière en fait une espèce peu sensible aux changements d'humidité relative à l'air.

Le bambou est tellement omniprésent dans l'habitat et généralement dans l'art de vivre de l'Asie, l'espace d'architectural montre comment le bambou réputé par sa résistance,s'incorpore dans l'habitat traditionnel,la reconstruction d'une école,le grenier à riz.


MAISON DE BAMBOU EN ASIE :

Maisons traditionnelles en bambou sur pilotis, elles sont construites à deux ou trois mètres au dessus du sol.



Les structures : les piliers, la charpente de toiture et l'escalier sont entièrement en tiges de bambou. Les lanières tressées forment en partie le plancher,les quatre murs sont en panneaux tressés ,assemblés sur une armature en bois,les portes et les fenêtres en panneaux tressés incorporés dans le mur, le toit est couvert de panneaux de palme ou de paille tressé ; à l'intérieur ,une cloison centrale faite de natte de bambou divisé les maisons en deux pièces,la salle de séjour avec son foyer pour préparer le repas occupe une moitié,tandis que l'autre moitié fait office de chambres à coucher.

Ces maisons d'une superficie moyenne de 80 à 100m2 ont une durée de vie approximative de 35-40 ans,ce type de maisons sur élevées et aérées dissipe l'humidité et la chaleur,tout en protégeant des animaux sauvages,des insectes et des inondations.


Panyaden School (Thaïlande), une histoire de terre et de bambou (18-05-2012)

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après la Finlande, Istanbul, les hôtels de Göreme et les coupoles de Mardin, le voici à la rencontre de Markus Roselieb au nord de la Thaïlande. Un sujet : construire en terre et bambou ; un ouvrage : l’école de Panyaden.


Othman Mikou : Dans quel contexte a été construit ce projet et quelles ont été les circonstances de la création de Chiang Mai Life Construction ?

Markus Roselieb : En 2009, ma femme et moi immigrions à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande. Mon épouse voulait créer une école et m’a donc demandé de la lui construire. Sensibilisé à l’architecture dès mon enfance avec la réalisation de travaux dans notre maison familiale, j’ai toujours apprécié l’architecture 'verte'. Je me suis orienté naturellement vers la construction d’une école mêlant bambou et terre avec, en tête, l’idée de réaliser un ensemble fonctionnel aux formes organiques afin de garantir une certaine harmonie visuelle.

Je me suis accompagné d’un partenaire, Ajahn Decha, un ingénieur spécialiste dans la construction en bambou. Nous avons ensemble fait appel à l’agence d’architecture 24H Architecture pour concevoir le design du projet. Nous avons alors créé la société de construction Chian Mai Life Construction durant la phase de conception.



Quel est le programme de l’école ?

Panyaden est composée d’une école maternelle et d’une crèche destinée à accueillir entre 200 et 300 enfants. L’école est constituée de bâtiments fermés et ouverts ; les premiers accueillent les salles de classes, les espaces interactifs et les locaux administratifs tandis que les seconds comprennent les cantines, les espaces de rencontre pour les parents et une salle évènementielle. L’ensemble des bâtiments est intégré dans une vaste zone paysagère mêlant végétation, arbres et équipements sportifs.

Quelles ont été les différentes étapes de construction ?

Après l’achat du site et la remise à niveau du terrain, nous avons commencé la construction par la réalisation des éléments porteurs à savoir les fondations en béton, les murs de refend en adobe et les cannes porteuses. Nous avons ensuite réalisé la charpente puis la toiture. Enfin, nous avons procédé à la réalisation du sol et la mise en place de réseaux d’électricité et de plomberie. Les finitions sont venues à la fin comme pour tout autre projet.

Quelles sont aujourd’hui les activités de votre entreprise ?

CLC est une société de construction qui s’évertue à utiliser bambou et briques d’adobe pour la réalisation d’habitats et constructions respectueuses de l’environnement. Ajahn Decha et moi dirigeons conjointement la société. Elle comprend un personnel administratif, des maçons et, depuis deux mois, deux architectes locaux afin d’assurer tant la conception que la réalisation. Nous produisons nous-mêmes les briques d’adobe comme nous traitons et préparons le bambou après sa livraison dans les locaux de la compagnie.

Quels sont vos projets  futurs ?

Nous commençons seulement à nous faire connaître. Nous avons un ou deux projets de maison individuelle dans la région de Chiang Mai. Au sud de la Thaïlande, nous devons réaliser la toiture de plusieurs bungalows hôteliers.

D’où provient le bambou ?

Le bambou que nous utilisons pour la construction provient de forêts gérées de façon durable et communautaire par des villages situés à proximité. La plantation est sauvage mais son évolution est contrôlée par des responsables. Ces derniers décident de la quantité de bambou à cueillir et à vendre aux compagnies de construction.


Quel traitement pour les cannes avant utilisation et combien de temps dure-t-il ?


Le traitement des chaumes est nécessaire pour prévenir l’attaque d’insectes xylophages et les moisissures dues à la pénétration d’humidité. Contre les insectes, nous utilisons le Borax, solution traitante la plus communément répandue. Pour traiter de façon homogène les cannes à l’intérieur comme à l’extérieur, nous les perçons dans le sens vertical au niveau des noeuds intérieurs et dans le sens transversal au niveau de la paroi extérieure. Nous les laissons ensuite tremper de 4 à 7 jours selon la taille des sections.

Après trempage, nous les laissons sécher pendant une semaine. S’en suit alors une période de stockage de trois mois afin de voir si aucun des bambous n’a été attaqué par des insectes. Avant la mise en oeuvre, les cannes sont enduites d’un mélange d’huile agissant comme une couche d’étanchéité protégeant ainsi les cannes des moisissures.

Combien de variétés de cannes sont utilisées dans la construction ?

Nous employons six à sept variétés de bambous, chacune étant destinée à un usage architectonique précis. Les grosses sections sont employés comme éléments de soutien - colonne, arc ou panne - tandis que les plus petites servent de solives ou à la réalisation de spots d’électricité ou d’éléments de mobiliers.

Comment ont été réalisés les assemblages entre bambou et maçonnerie ?

Il existe deux types de liaisons entre le bambou et la maçonnerie : les assemblages bambou-béton se situent au niveau des fondations des bâtiments ouverts et les assemblages adobe-bambou entre les refends en adobe et les arcs de portique dans les constructions fermées.

Comment ont été liées les cannes entre elles ?

Nous avons eu recours à différents types d’assemblage : pour les liaisons linéaires, nous avons privilégié les liaisons par tenon ; des baguettes, de taille et de section variant selon la liaison, fixent entre elles plusieurs cannes disposées sur un même plan. Pour les liaisons en deux ou trois dimensions, un dispositif par tenon n’était pas adéquat. L’utilisation de liens, corde ou fils en acier est nécessaire.

Comment remédier aux déficiences des cannes, cassures et fissures notamment ?

L’architecture de bambou témoigne, à travers l’habitat traditionnel notamment, d’une continuité. Les cannes usées sont remplacées par de nouvelles. Dans notre cas, le plus important était d’être extrêmement vigilant pendant la période de traitement ; le bambou est alors vulnérable. Le remplacement de cannes peut toujours se faire si celles-ci ne sont pas liées par du béton ; autrement, la réparation peut s’avérer coûteuse en temps et en argent.

Comment a été mis en oeuvre le sol des constructions ?

Avant de réaliser le sol en adobe, nous avons mis en oeuvre une épaisse couche en pierre au-dessus de la terre afin de bloquer les remontées d’humidité du sol vers la surface. Dans cette couche, nous avons réalisé les fondations en béton jusqu’à une immersion d’une vingtaine de centimètres. Puis, nous avons réalisé la chape en adobe renforcé avec des gravats complétant ainsi la partie émergente des fondations. Ce type d’adobe est bien plus résistant à la compression que l’adobe courant du fait de sa composition à 60% de gravats et à 40% de terre.

Qu’en est-il des murs ?

A l’exception des constructions ouvertes qui sont tenues par des gaines porteuses en béton, l’ensemble des constructions est porté par des refends en adobe renforcé. L’épaisseur des murs réalisés varient de 48cm à 1m selon qu’ils intègrent des niches arrondies profondes de 30 à 40cm.

Nous n’avons pas utilisé cet adobe ni pour la réalisation des murs périphériques ni pour celle des cloisons. De par sa forte densité, il n’est pas pratique pour la réalisation de surface arrondie comme nous le voulions. Aussi avons-nous utilisé des briques d’adobe courantes pour ériger des murs dont l’épaisseur est de 45cm.

Comment avez-vous réalisé les percées de lumière dans les murs ?

Les percées de lumière dans les murs ont été réalisées afin de permettre une animation lumineuse et feutrée à l’intérieur ainsi qu’une aération autre que celle opérée au dessus des murs porteurs.

Pour cela, deux types de tubes ont été encastrés dans les murs. Les premiers sont en verre, conçu à partir de bouteilles recyclées ; les seconds sont en plastiques avec une moustiquaire centrale. Situés en sous bassement des murs, ils apportent aussi bien de la lumière naturelle qu’une ventilation diffuse à l’intérieur.

Pour cette opération, y a t-il eu une certification du bambou et de la brique d’adobe ?

Il n’existe pas de certification ni pour le bambou ni pour la brique de terre en Thaïlande. Pour assurer une bonne qualité de brique d’adobe, nous avons réalisé plusieurs échantillons dont les concentrations étaient différentes puis nous avons testé leur résistance à la chute.

Pour les cannes de bambous, chaque espèce est connue pour une utilisation architectonique et une fourchette de résistance. Après achat des cannes, certaines présentent des malformations qui empêchent leur mise en oeuvre. Il est donc important de les analyser avant de les traiter.

Outre l’utilisation d’un matériau entièrement renouvelable pour la construction de vos bâtiments, quels sont les autres aspects écologiques de l’école ?

Les murs en terre ont une bonne isolation et un fort coefficient d’absorption de l’humidité. Le vide au-dessus des murs porteurs dans les pièces fermées, les ouvertures dans la majorité des toitures comme au niveau des murs périphériques sont tout autant de dispositifs permettant un éclairage naturel et une ventilation continuelle. Ces paramètres permettent un confort notable à l’intérieur des salles de classe et une importante réduction des consommations d’énergie en climatisation et en éclairage artificiel. Notre facture d’électricité est à ce titre semblable à celle d’une grande maison.

Nous avons intégré également à l’école un système de filtrage des eaux usées pour une réutilisation dans l’arrosage des espaces verts. De manière générale, si nous comparons la Penyaden School à d’autres écoles de même dimension construites avec les matériaux courants, ce complexe à une empreinte carbone 90% inférieure.

Enfin, les enfants sont ils contents ?

Les enfants sont très contents. Ils aiment leur école et ne veulent pas rentrer le soir chez eux. Nous attendons de nouveaux écoliers, c’est la période des inscriptions. Nous verrons bien ce qu’ils pensent de la Penyaden School.

Propos recueillis par Othman Mikou

source : http://www.lecourrierdelarchitecte.com/article_3216

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
emmy
Boss
Boss
avatar

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Le bambou (dans la construction)   Jeu 11 Juil - 9:51

Le bambou (dans la construction)

Aujourd’hui, avec la problématique du développement durable, les matériaux issus de ressources renouvelables sont de plus en plus présents que ce soit en produit, en architecture ou encore dans le textile. Parmi eux on retrouve le bambou.
Plante de la famille des graminées provenant des régions tropicales ou subtropicales principalement, dont les nombreuses particularités physiques en font un matériau de très grande qualité pour la construction. Il en existe près de 80 genres et plus de 1200 espèces à travers le monde de plus le bambou est une plante qui s’adapte très bien à toute sorte de climat.
Le bambou suit la tendance et les questionnements de notre temps et est donc de plus en plus présent dans nos intérieurs. Il est écologique, très peu cher à produire, esthétique et surtout très résistant.


Et pourtant depuis des siècles le bambou n’a été que principalement utilisé dans les pays asiatiques, où il fait partie intégrante de la vie quotidienne. Il est utilisé comme matériaux de construction, aujourd’hui plus particulièrement dans les régions rurales pour fabriquer des maisons ou autres structures : en 2012 environ 1 milliard d’êtres humains vivent dans des maisons partiellement ou entièrement en bambou.

On retrouve également à travers le monde le bambou dans une multitude d’objets, d’outils et de meubles :
papier, ombrelle, célèbre cerfs-volants, perles naturelle, aire de jeu, échafaudage pour des building dans les villes asiatique ou encore conduite d’eau lorsqu’il est débarrassé de ses cloisons intérieures.

Chez nous on retrouve plutôt le bambou en tant que plante d’ornement ou en tant que matériau pour le mobilier, la décoration, etc. mais très peu pour la construction. Et pourtant ses qualités physiques en font un matériau de premier ordre.

Parmi celles-ci on retrouve la solidité du matériau surpassant le bois, le béton et même l’acier grâce à une haute teneur en silice, on appelle d’ailleurs aussi le bambou « acier vert ». A titre d’exemple il est 27% plus dur que le chêne, sa contraction et sa dilatation par la chaleur en sont moitié moins importantes. Il est donc tout à fait possible de construire une structure avec des bambous 1.

Aussi incroyable que cela puisse paraître il est même possible de faire un « béton armé » avec du bambou.
Bien plus rentable que l’acier, il a sa solidité mais il est également assez souple pour résister à des tremblement de terre

2. Son faible poids permet de faire des structures bien plus légères.

Il faut aussi ajouter que le bambou est résistant aux insectes et aux moisissures, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’il s’agit d’en faire des maisons ou encore des conduites d’eau.
Écologiquement il se place parmi les moins énergivore des matériaux : il atteint en quelques semaines sa taille définitive à l’aide de très peu, voir pas, de produit chimique et on peut l’utiliser après environ 4 à 7 ans de croissance seulement.
De plus il permet de fixer 30% de CO2 de plus qu’un arbre feuillus et libère jusqu’à 30% de plus de O2. Les rizhomes très denses du bambou permettent de lutter contre l’érosion des sols et son feuillage touffu freine le déferlement des pluies sur la couche superficielle du sol. Son principal et presque seul défaut pour le paysagisme peut se trouver dans le fait que cette plante à tendance à s’étaler rapidement.

Dans la construction la forme du bambou est diverse : entier, en lamelle, rainuré, en panneau, compressé, etc. En parqueterie on retrouve une surface claire, plutôt jaune, rythmée par les nœuds des joncs. Une couleur très claire qui se marie bien avec les intérieur moderne et qui à la qualité d’augmenter la luminosité d’un espace.

Pour récapituler : le bambou est écologique, simple à cultiver, peu cher, résistant, souple, esthétique… Alors pourquoi pas se mettre au bambou nous aussi ? Après tout, ici aussi on peut le cultiver !


Ce restaurant original a été designé par le studio DSA+s  pour un restaurateur à Jakarta en Indonésie. Outres ces qualités écologiques, le bambou a été sélectionné par les architectes pour son côté pratique. Effectivement, le restaurant peut-être facilement monté et démonté. Pour le design, ses créateurs ont choisi de s’inspirer des ombrelles. Trois toits en forme d’ombrelle de tailles différentes ont été construits pour aussi bien protéger les clients de la pluie ou du soleil mais aussi pour pouvoir récupérer l’eau de pluie.

Quelques architectes se sont penché sur la question du bambou dans la constructions, Simon Velez par exemple travail principalement avec ce matériaux et en retire des édifices hors du commun, des structures complexes et porteuses. Une cathédrale mise en valeur par la trame formée des tiges de bambou et par la lumière artificielle ou un pont majestueux en Chine.
On trouve aussi Kengo Kuma & associates  qui ont créé le désormais connu «great bamboo wall» perdu au milieu de la nature, l’utilisation du bambou dans se projet étant fortement lié à la signification du matériau dans les cultures japonaise et chinoise.

On retrouve toujours des habitations en bambou dans les pays asiatiques, mais il est mis en valeur et perd sa connotation de «matériau du pauvre». Comme avec l’organisation humanitaire TYIN Tegnestue Architecture  et la poésie de ses maisons papillons pour des orphelins en Thaïlande. Ou encore le Green Village  à Bali par ibuku qui présente tout un concept de maisons et hotel entièrement en bambou.

Pour ce qui est de structures plus petites on retrouve la maison Origami de Ming Tang.

En France c’est la maison passive de Karawitz Architecture  près de Paris entièrement recouverte de bambou.

1 lien vidéo sur les capacités mécaniques du bambou :

2 « 30 maisons en structure bambou ont résisté à un séisme de magnitude 7,6 au Costa Rica en 1998, alors que la plupart des édifices en béton armé, situés au même endroit, ont été gravement endommagés. »

source : http://espace.lecolededesign.com/2013/04/le-bambou-dans-la-construction/

Une maison en bambou certifiée parasismique et paracyclonique

L'europe reste frileuse en ce qui concerne les diverses façons d'utiliser le bambou contrairement aux pays asiatiques où le bambou est entièrement utilisé, en alimentation, dans les constructions, dans le design mobilier, dans le textile, en pharmacologie.

En Amérique latine, le bambou sert aussi à l'architecture traditionnelle et à l'architecture contemporaine.  Saviez-vous que certains ponts échafaudages (Cambodge, Thaïlande,...), sont construits en bambou ?
C'est une matière première naturelle, écologique, renouvelable, résistante, légère, souple et solide à la fois que nous devrions voir plus souvent dans notre décoration intérieure et extérieure voir même dans la construction de nos habitats.

Voici un exemple de maison en bambou, avec un intérieur sobre, épuré, lumineux sur ce site
Mais si vous aimez les style plus exotique, voici l'un des différents modèles qu'expose Bambou habitat.com.


Bambou Habitat vient de construire la première maison certifiée parasismique et paracyclonique entièrement en bambou à la Martinique. Cette maison a été réalisée pour accueillir les bureaux de l'Association pour la promotion du bambou à la Martinique, avec le soutien du conseil régional de la Martinique. Les tests d'homologation ont été réalisés avec succès au FCBA à Bordeaux.
 

Fin 2009, une première maison en bambou isolée en chanvre sera construite en Normandie.

1. Quelle est la durée de vie d'une maison en bambou ?

Une maison en bambou est aussi résistante qu'une maison en bois et en a la même durabilité. Au Japon, les maisons constituées d'éléments en bambou durent au moins 200 ans. On observe au Vietnam que des structures traditionnelles construites avec du bambou non-traité durent plus de 50 ans. Il faut savoir que les techniques de traitement et de construction modernes du bambou permettent indéniablement une protection plus importante aux intempéries, insectes et au temps. Par conséquent, la durée de vie d'une maison en bambou est la même que pour une maison en bois, et dépendra avant tout de son entretien.

2. Les maisons en bambou sont-elles para-cycloniques et parasismiques ?

Il est certain que le bambou a des propriétés naturelles paracycloniques. Toutefois , nous avons développé un nouveau produit pouvant résister «offciellement» à des vent excédents 230 km/h. Ce qui se traduit par une résistance lors des essais en labo-ratoire, à des contraintes équivalentes à des vents beaucoup plus puissants. Cela afn de répondre aux normes paracycloniques européennes, notamment pour les DOM-TOM. Par ailleurs, toutes les études démontrent que les maisons de bambou ont des propriétés parasismiques  mais nous travaillons avec le FCBA afn d'offcialiser ces données.

3. Une maison en bambou s'entretient-elle ?

L'extérieur de la maison en bambou s'entretient au même titre que pour une maison en bois. Elle peut être peinte, vernie, voire huilée. La maison peut être enduite de tous les produits généralement utilisés pour le bois. Les murs extérieurs peuvent être crépis, les murs intérieurs carrelés


Sources :
http://www.ecologie-pratique.org/

_________________
sunny exigez le succès comme un droit, soyez ce que vous voulez être.
Revenir en haut Aller en bas
 
Maison en bambou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» preparation terrarium
» Treillis japonais en bambou - Fabrication Maison
» Question Maison - Emission du 16/08/08
» Question Maison - Emission du 08/03/08
» Couleur intérieure pour maison bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISSAN EN THAILANDE :: Thailande :: Histoires Siamoise :: généralité sur la Thaïlande !-
Sauter vers: